2019: quel whisky allons-nous boire ?

2018 est désormais derrière nous, place au futur.

Mais lequel ?

 

Des whiskies sans indication d’âge ?

Un excellent moyen de rentabiliser dans un temps très court des investissements dormants.

 

Ou des whiskies vieillis à la façon d’un sorcier en herbe ?

Sans vieillissement dans des futs, avec le simple temps qui passe et fait son œuvre, mais avec une estérification des acides ou une poussé d’ultrasons et des lumière intenses ?

http://whiskyadvocate.com/alternative-aging-processes-whiskey/

 

Les innovations désormais n’ont plus le temps d’être conçues et testées en prenant le temps d’analyser le pour et le contre.

On assiste en réalité à la twitterisation ou à la facebookisation des traditions : le temps n’existe plus, place à l’immédiateté.

Les nouveaux sorciers pseudo technologiques n’ont plus le temps d’attendre, il faut que la rentabilité soit au coin de la rue, tout de suite.

 

C’est bien dommage.

 

Le whisky a grandi, s’est construit avec le temps ; désormais la notion du temps qui passe est une notion de vieille école.

Les whiskies de 18 ou 20 ans d’âge deviendront une denrée rare, pour les nouveaux riches des pays émergents.

Ces mêmes nouveaux riches, d’Inde ou de Chine, qui perturbent l’économie mondiale en bien d’autres domaines : la demande est telle que les équilibres se cassent au jour le jour.

Le jour où la Chine fermera le robinet des commandes il n’y aura plus assez de mouchoirs pour un certain nombre de distilleries qui auront tout misé sur ce marché à double tranchant.

 

2019 va être une année d’attente, pour voir si certains marchés seront assez mûrs pour être inondés de whiskies qualitativement pas terribles mais économiquement très viables.

D’où l’éclosion des whiskies sans indication d’âge…

 

Il faut espérer que le marché européen saura jouer l’auto régulation, en demandant des produits de qualité.

 

Reste le problème du prix : en hausse constante depuis trop longtemps, certaines bouteilles pourtant médiocres trouvent des acquéreurs à des prix délirants.

Et le passionné de tous les jours, qui cherche un whisky à déguster, a du mal à trouver ce qu’on appelle un excellent rapport qualité/prix.

 

Pour les anglophiles, voilà un article intéressant : https://scotchwhisky.com/magazine/features/22452/the-whisky-world-s-2019-resolutions/?fbclid=IwAR1vZ_Gf7ohxneNS1AbJYKvFFRxdA9bZK8hbF_lPnmzqHfSW4OuQ2JDiZbI

A suivre…