Slyrs, Edition n°3, Oloroso finish

 

Voilà un whisky allemand.

 

Bizarre vous avez dit ? Oui, un peu, en effet, nous n'avons pas l'habitude de voir beaucoup de whiskies allemands.

 

Au palais on dirait un cocktail de Glen Grant, Glenfiddich et Mannochmore.

 

Mais commençons par le début, le nez : l'éthanol s’épanouit à merveille, il y a une petite touche de fruit, toute légère, en sourdine, presque un bonbon aux fruits, sucré, doux. C'est une introduction aux bouquets qui vont arriver en bouche par la suite.

 

En effet, il y a un boisé qui pointe son nez au tout début, comme si on était en forêt et on se promenait le nez en l'air. Puis il y a une attaque plus franche marquée par l'alcool mais ça reste plaisant, il n'y a pas d'assaut de l'armée des alcools.

 

Enfin, une note épicée clos le débat, laissant une sensation de puissance maîtrisée mais franche (nous ne sommes pas au niveau d'un Old Pulteney, mais pas loin : plus en douceur et moins en force).

 

Ce whisky allemand est une belle découverte qui mérite le détour ; par contre, comme c'est souvent le cas, il s'agit d'un whisky qui prend de la valeur quelques jours après l'ouverture de la bouteille, une fois que l'oxygène a pris ses quartiers et atténué l’impétuosité du départ.

 

Note finale : 7/10

Prix: dans les 65€