Distillerie GUILLON - L'esprit du malt, finition en fûts de Banyuls



Voilà un spiritueux français. 

Et je dis bien « spiritueux » puisque la mention « whisky » n’apparait pas sur la bouteille, ni sur la boite en carton.

Drôle de processus marketing : on met en œuvre une production façon whisky et on la commercialise sous la mention « boisson spiritueuse », mention orientée plutôt bas de gamme que produit de luxe.

Un peu comme si on voulait se dédouaner d’une supposée mauvaise qualité à l’intérieur du flacon.

La bouteille en effet fait plus penser à une bouteille de parfum qu’à un whisky.

 

Au nez ça cogne un peu, pas de note particulière de profondeur des arômes ; la boisson doit être jeune, sa finition dans des futs de banyuls n’apporte pas de corps mais seulement une touche vaguement épicée assez éphémère.

En bouche, ça se confirme. 

L’éthanol est trop présent, il n’y a pas de structure sur laquelle s’appuyer, c’est inutilement fort.

Ce n’est pas mauvais mais on reste sur sa faim ; la finale est pratiquement inexistante, on sent les 43° et aucune nuance cachée.

 

Le nombre de finitions disponibles pourrait indiquer une recherche d'une orientation à trouver, de manière définitive.

 

Si vous aimez les whiskies un peu gras, passez votre chemin.

Si vous êtes curieux et vous voulez gouter une production française, allez-y, ça pourra faire l’objet d’une dégustation avec des amis pour échanger les différents points de vue, mais ça ne restera pas une expérience inoubliable comme pour d'autres bouteilles de whisky sur le marché.

 

La finition Banyuls apporte peu à mon sens, comme c’est souvent le cas pour enrichir une maturation dans des futs qui commencent à être un peu fatigués.

L'ajout d'un peu d'eau baisse cette inutile agressivité de l'alcool mais ça ne donne pas pour autant plus de caractère: ça reste un peu fade et inutilement aggressif.

 

Note finale : 5/10

Prix généralement constaté : à partir de 55€.