Glenglassaugh Revival

 

Une belle couleur ambrée, c'est un whisky qui n'a pas été filtré à froid, sans ajout de colorants.

Au nez, impression moyenne : ça sent l'industriel, le solvant, le produit d'entretien.

Il y a au lointain comme une ombre de sucre caramélisé, à peine perceptible.

L'alcool est là, bien présent, les 46 degrés ne sont pas dans l'ombre.

 

En bouche, c'est la surprise.

Après cette première sensation - disons-le franchement peu agréable - en bouche ça détonne : une texture sublime, du velours liquide.

 

Une première sensation de force tapisse la bouche et ensuite une douceur extraordinaire se réveille peu à peu, progressivement: c'est un des rares whiskies qui peuvent être bus sans ajout d'eau, une réel plaisir.

 

Si vous avalez de suite, la douceur reste prédominante mais si vous faites tourner le whisky en bouche quelques secondes, l'intérieur des joues picote un peu, comme s'il y a avait du feu ; mais rien de bien méchant, la bestiole est, rappelons-le, à 46°.

 

Un de mes whiskies préférés.

 

Il n'y a pas de dominance, il n'y a pas un arôme qui couvre les autres, c'est une sensation unique qui éveille la bouche et qui apporte du plaisir.

Il y a un bouquet d'épices qui se développe dans un ensemble très harmonieux.

 

Inutile de chercher la nature des goûts et des palettes aromatiques, voir s'il y a un fond d'orange et/ou de caramel.

Autant en profiter à l'aveugle.

L'ajout d'eau baisse la force de l'alcool et développe le côté enveloppante de sa texture.

 

Rien d'autre à dire : génial. Très très bon.

 

Note finale: 10/10

Prix généralement constaté:  à partir de 50€